productions Compagnie dramatique du Québec

LE CAS JOÉ FERGUSON

Un texte d’une grande force

« […] Un magnifique texte, d’un naturel fou, des échanges hyper dynamiques. […] Un texte d’une grande force, complètement touchant. […] J’ai passé un très, très bon moment. On ne voit pas le temps passer. […] Il faut voir ça cet été ! J’ai eu même de la difficulté à dormir ; ça me trottait dans la tête ! »

Laurence G. Gallant, Ici, Radio-Canada, 06.07.2016

Un casse-tête très captivant

« C’est un casse-tête pour nous qu’il faut construire, rebâtir, très captivant. J’ai passé une très, très belle soirée ! »

Sophie Faucher, Ici Radio-Canada, 17.07.2016

Mise en scène très impressionnante !

« De toute beauté ! […] Mise en scène très impressionnante ! […] Coup de cœur pour la scénographie ! […] On est avec eux, dans le village, à essayer de comprendre les raisons de ce drame-là. […] C’est vraiment de grandes questions éthiques qui sont traitées ! […] Un très, très beau texte, de très belles répliques aussi. […] Très fort, très touchant. Un spectacle à voir ! »

Stéphanie Gagné, Rouge FM, 08.07.2016

FRONTIÈRES

Une histoire qui pourrait être vraie

« Frontières nous raconte une histoire qui pourrait être vraie. Une histoire qui pose la question par laquelle tout commence : et si…? Un texte touchant d’Isabelle Hubert qui sait comment trouver les mots pour émouvoir tout en évitant de tomber dans la facilité du cliché. À voir absolument! »

Francis Bernier, monthéâtre.qc.ca, 08.11.2013

L’espoir d’une vie meilleure

« Frontières aborde habilement les thèmes de l’immigration, des inégalités sociales et de la violence. L’espoir d’une vie meilleure guidant les héros, tout comme la foi en Dieu, malheureusement en vain. »

Anne-Josée Cameron, Le téléjournal de Radio-Canada, 11.11.2013

Aux frontières de l’épopée

« Aux frontières de l’épopée, de la fable et du document, la création à l’affiche à la Bordée puise également à l’auge de l’espoir qui se compte en levers de soleil et qui fait de l’autre une source où s’abreuver ou un désert de sable mouvant qui risque de tout avaler. La dernière avancée sur scène illustre de belle façon la foi qui anime les clandestins, les migrants, les sans-papiers de ce monde.»

Sylvie Nicolas, Le Devoir, 11.11.2013

Une mise en scène efficace et rythmée

« J’ai bien aimé la pièce, je dois dire. J’ai beaucoup aimé aussi la mise en scène de Jean-Sébastien Ouellette, efficace et assez rythmée. La première partie est assez enlevante, entraînante. Les comédiens sont très bons.»

Patricia Tadros, Première heure, Radio-Canada, 07.11.2013

LAURIER-STATION, 1000 répliques pour dire je t’aime

Une histoire simple qui fait rire et émeut

« Sens de l’observation d’une grande finesse, mise en scène fluide qui croise personnages et espaces, interprétation excellente donnent à l’ensemble force et sensibilité. Une histoire simple, qui fait rire et émeut. * * * * »

Marie Laliberté, Voir Québec, 10.11.2011

Une superbe cohérence

« Du texte à la mise en scène, « Laurier – Station » présente une superbe cohérence qui en fait une pièce complète et achevée. »

Magali Paquin, montheatre.qc.ca, 06.11.2011

Direction d’acteurs superbe

« L’écriture d’Isabelle Hubert est toujours aussi fine et fait preuve d’un sens aigu de l’observation. La mise en scène de Jean-Sébastien Ouellette est franchement brillante. La distribution et la direction d’acteurs sont superbes.»

Denise Martel,  Le Journal de Québec, 04.11.2011

Un bijou théâtral

«La distribution du spectacle est tout simplement incroyable (…) Ce bijou théâtral vous rappellera que malgré tout, vous n’avez qu’une seule famille. Pourquoi ne pas les appeler pour leur dire « je t’aime »?

Leïka Morin, QuébecSpot , 02.11.2013

La robe de Gulnara, À tu et à toi - Compagnie dramatique du Québec

LA ROBE DE GULNARA

Une force poignante, une portée universelle

« À travers l’histoire simple de Mika, 13 ans, vivant en Azerbaïdjan avec sa famille et des centaines de réfugiés, Isabelle Hubert évoque, au-delà de l’anecdote, la vie de tous les déportés : pauvreté, impuissance, mais aussi espoir et solidarité, que portent avec ferveur l’ensemble des interprètes. Par sa mise en scène sensible, au rythme efficace et aux images très fortes, Jean-Sébastien Ouellette donne à ce drame une force poignante, une portée universelle. »

Association québécoise des critiques de théâtre – AQCT, 16.11.2010

Un spectacle déchirant et sublime

« La robe de Gulnara est un spectacle à la fois déchirant et sublime. Il ne nous laisse pas en bouche l’écœurement d’un succédané d’une vie rose bonbon, mais plutôt un vertige à même de nous montrer sur quelle terre nous posons chaque jour les pieds.»

Y. Marcotte, montheatre.qc.ca, 06.03.2010

Instant d’éternité

« Récit d’exil, fable du temps présent, le très beau texte d’Isabelle Hubert jette un pont entre l’ailleurs et l’ici, hier et aujourd’hui, le devoir de mémoire et la quête des origines. Sobre et efficace, la mise en scène de Ouellette trouve son souffle dans un espace scénographique où la désolation cède le pas à la célébration. Le recours aux valises, leur usage, déjà marquant en ouverture, confère à la finale finesse du coeur et de l’esprit. Vous aimerez La robe de Gulnara. Vous vous attacherez aux personnages autant qu’aux comédiens qui les incarnent. Vous savez déjà que toutes les Mika du monde sont des fleurs qui poussent entre les cailloux. Rares sont les spectacles qui illustrent des pans de la grande histoire et qui parviennent à émouvoir. La robe de Gulnara le fait par petites touches successives, et l’instant d’éternité que la pièce a à léguer s’inscrit dans cette scène finale qui nous rappelle que nous sommes dans cette longue marche de l’humanité. Dans ce spectacle, les valises comme les robes sont plus que des objets. Sur la scène de la Bordée, elles portent la vie et la mort, l’amour et la trahison, la mémoire autant que l’émotion. »

S. Nicolas, Le devoir, 05.03.2010

Une mise en scène pleine de sensibilité

« Par l’histoire simple que raconte La robe de Gulnara, Isabelle Hubert évoque la vie difficile des déportés, leurs espoirs et leurs joies, malgré la misère. Avec une mise en scène pleine de sensibilité, au rythme efficace et aux images très fortes, dont la finale magnifique, Jean-Sébastien Ouellette donne à ce drame une portée universelle. Poignant. * * * *. »

Leïka Morin, QuébecSpot , 02.11.2013

À TU ET À TOI

Une pièce drôle et touchante

« Longue vie à une pièce drôle et touchante sur le temps qui passe. * * * *. »

J. Ouellet, Voir, 25.10.2007

Un contrepoint rural et féminin

« Un contrepoint rural et féminin à l’écriture des trentenaires désabusés du Plateau Mont-Royal.»

Patrick Caux, Le devoir, 13.10.2007

Les acteurs brûlent de vérité

« Ce fort objet théâtral qui mérite de voyager, et pas qu’au Québec, éclôt dans la mise en scène de Jean-Sébastien Ouellette. Son spectacle est nerveux, non pas décousu, mais branché à la tension au détour électrique du moment, rythmé, varié, précis. Il en impose par sa direction d’acteurs. Ces derniers brûlent tous quatre de vérité, leur esprit de corps est exemplaire.»

Jean Saint-Hilaire, Le Soleil, 18.10.2007

Des personnages terriblement humains

« Une histoire vraie, en somme, que celle de ce David, élève trop studieux devenu Casque bleu, et qu’on a jamais compris. Un épisode dans la vie d’Isabelle Hubert qui crée des personnages terriblement humains conjuguant tant bien que mal leurs contradictions et leurs culpabilités. »

Jacqueline Bouchard, Spirale, mars-avril 2008

Pin It on Pinterest

Share This